George Ethelbert Carter, premier juge noir au Canada

14 février 2020

George Ethelbert Carter est né à Toronto le 1er août 1921. Il était l'aîné des 14 enfants de John et Louise Carter, arrivés à Toronto en provenance de la Barbade juste après la Première Guerre mondiale.

Carter a fait ses études de premier cycle au Trinity College, à l'Université de Toronto, et a obtenu son diplôme en 1944. Il a ensuite été appelé en service actif pendant la Seconde Guerre mondiale et était en route pour l'Europe lorsque la guerre a pris fin.

Carter excellait dans les sports en tant que joueur de cricket, et il était également un étudiant doué. Il était également très sociable et, dès son plus jeune âge, il avait compris l'importance du travail en réseau, en établissant des relations avec de nombreuses personnes qu'il connaîtrait tout au long de sa vie.  Il s'est également lié à l'Universal Negro Improvement Association et a été inspiré par des conférenciers invités tels que Marcus Garvey et A. Phillip Randolph.

En 1944, Carter a obtenu sa licence au Trinity College de l'université de Toronto. Cette même année, il s'engage dans l'armée canadienne. Bien qu'il n'ait pas servi outre-mer, il est envoyé dans de nombreux camps, comme celui d'Ipperwash, et est sélectionné pour suivre une formation d'officier.  Après la guerre, il a contribué à la création de la Toronto Negro Veterans Association.  Après son service militaire, Carter est allé à Osgoode Hall de 1945 à 1948 pour étudier le droit. Après avoir terminé ses études, il est devenu l'un des premiers avocats noirs du Canada. Carter a eu son propre cabinet d'avocats et a exercé dans les domaines du droit immobilier, du droit pénal et du droit de la famille pendant 31 ans. Il a été nommé juge à la Cour provinciale de l'Ontario en 1979 et a ensuite travaillé à la Cour de justice de l'Ontario pendant 16 ans.

Il a travaillé comme porteur pour payer ses frais de scolarité à l'école de droit et a servi dans l'armée canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a contribué à la mise en place de l'aide juridique dans la province de l'Ontario.

À cet égard, le juge George E. Carter a joué un rôle déterminant dans la mise en place de services d'aide juridique et dans la création de l'agence d'adoption des enfants de couleur.

Quelques années avant sa mort le 7 juin 2018, il témoignait dans un enregistrement audio de ses souvenirs d'ancien combattant.

Pour écouter son témoignage (en anglais), cliquez ici

 

Transcription française

«On peut apprendre quelque chose même d'un idiot.»

«C'était une grande éducation pour moi, l'armée, bien sûr, où que j'aille, j'ai essayé d'apprendre quelque chose. On peut apprendre quelque chose même d'un idiot. Il y a une certaine camaraderie qui se développe, vous savez, une amitié là-bas et oui. Et on est à la cantine humide ou à la cantine sèche, selon ses habitudes. Et puis vous avez l'Armée du Salut [un mouvement international et évangélique de l'église chrétienne connu pour son travail caritatif] qui fait le sien.

Mais j'aime l'idée de faire de l'exercice, de courir. Vous avez toujours votre fusil avec vous, à tout moment. Et puis, franchir cette course d'obstacles s'est toujours avéré assez amusant parce que vous attendiez toujours de voir lequel de vos amis tomberait dans la boue, dans l'eau et tout le monde crierait dessus et ferait beaucoup d'efforts. Parce que c'est un gars qui est en compétition avec un autre quand il traverse ça. Mais je trouvais cela très divertissant et je le faisais la plupart du temps. Mais il y avait beaucoup de marche et de course à un certain rythme le long des routes avec votre fusil sur le chat comme ils l'appellent. Mais toute cette partie de votre entraînement et moi, cette partie, je l'ai appréciée. Et certains ont pensé, oui, il est fou, ce Carter.

Alors, ils m'ont mis en charge d'une section d'une dizaine d'hommes. J'ai fait ma marche toute la journée ou 10 miles aller et 10 miles retour. Juste quand vous arrivez à la porte, ils décident que vous devez traverser le, comment on appelle ça, la course d'obstacles. Et c'est là que vous êtes assez fatigué. C'est à ce moment-là que les gars glissaient et entraient.

Vous développez de très grandes amitiés. Je pense que c'est l'une des grandes choses du service, les amitiés très étroites. Parce que nous nous entraînions tous en vue d'obtenir des ordres de marche et de nous rendre à Halifax [Nouvelle-Écosse] pour monter à bord d'un navire [et ensuite aller à l'étranger]. J'avais un ami qui était devant moi et qui est mort sur les plages [pendant le débarquement en Normandie, le 6 juin 1944]. J'ai appris que dès qu'il a atteint les plages en France, il est mort. Mais nous avons grandi ensemble. Ce n'est qu'un exemple qui m'a marqué de façon très forte.

La seule chose dont je me souvienne qui m'a marqué, c'est que nous retournions à Ipperwash [Ontario], après avoir obtenu notre congé. Nous étions rentrés chez nous pour rendre visite à notre famille et nous retournions maintenant à notre base d'Ipperwash. De là, nous savions que nous allions partir en temps voulu parce qu'un autre groupe allait arriver. Et c'est dans ce train que nous avons entendu la nouvelle que l'armée allemande s'était rendue aux Russes et ensuite aux ... [Alliés, le 8 mai 1945] Ils voulaient se rendre à Montgomery [Maréchal Bernard Montgomery, commandant des forces terrestres alliées, 1944-1945] plutôt qu'aux Russes. Et Montgomery a dit : "Eh bien, vous auriez dû y penser quand vous avez commencé à avoir des problèmes avec eux."

Oui, la guerre m'a affecté parce qu'elle m'a ouvert un certain nombre de portes en tant que Noir. Il y a eu beaucoup d'opportunités qui se sont offertes à moi. Avant cela, beaucoup de postes étaient inaccessibles. Si vous vouliez aller ici, aller là, etc., oh wow, il n'y a pas de débouchés pour ça. Mais la guerre, vous voyez, la guerre a tout ouvert. La guerre qui se passe, vous êtes dehors avec votre copain mais il a un fusil, vous avez un fusil. Vous apprenez tous les deux la même chose. Ouais, vous défendez quoi, le Canada, et tout ça. Et puis un jour, c'est fini.

Et tout le monde retourne à Civvy Street et vous remontez Bay Street avec votre veste et vous allez quelque part pour prendre un verre ensemble. Et le type a dit : "Eh bien, nous n'avons pas l'habitude d'avoir des gens de couleur ici et ainsi de suite. Ce type était donc avec moi, peut-être d'un autre avis, et il en a commandé trois ou quatre. Et ils se sont tous levés et ont dit : "Oh ? il était à l'entraînement à côté de moi l'autre jour, oh oui, mais oui, maintenant, tu vas chercher mon verre ou on gare les voitures ici. On va tout casser ici maintenant". Non, non, non, non, non, non', et il est allé chercher la police et tout. La police lui a dit : "Eh bien, ces gars, certains ont des uniformes et tout ça, ils étaient dans le service, qu'est-ce que vous allez faire ?

Ce sont donc les grandes choses qui en sont ressorties, bien sûr, et de l'autre côté, il y a eu de grandes tragédies aussi.»


Suivez-nous


Abonnez-vous à notre bulletin électronique
Suivez-nous sur Facebook
Suivez Nos actualités