À BON CHIRO BON DOS

RANDY FOLLET

CHIROPRACTICIEN

« Si tu as un dos, t'as besoin d'un chiro », résume le chiropraticien Randy Follet pour expliquer les raisons de faire appel aux membres de la profession qu'il exerce depuis 2001, en français comme en anglais, dans la capitale de Terre-Neuve-et-Labrador. Tout le monde a besoin d'un chiro ? Voici son avis.

« Un corps, c'est comme une auto. Il a beaucoup de pièces qui doivent bouger ensemble en harmonie et comme une auto, il a besoin d'alignements. Nous avons tous des os et des joints qui, comme les pièces d'une auto, bougent mieux si elles sont en harmonie. Comme les bons mécaniciens, les chiropraticiens alignent les pièces du corps pour que nous soyons mieux », explique ce Terre-Neuvien dont les ancêtres sont venus d'Irlande et diplômé en chiropratique de l'Université Logan du Missouri, aux États-Unis.

« Les recherches indiquent que 80 % de la population a un problème d'alignement. Les douleurs se font souvent sentir dans le cou, qui fait partie du dos, et/ou dans le dos. Ces douleurs émanent souvent d'un mauvais alignement de nos hanches, qui sont la base de notre corps. Tout notre corps est alors affecté », poursuit Randy Follet.

Les douleurs au cou ou au dos peuvent survenir lors d'accidents de travail ou être liées à la répétition de gestes effectués, par exemple, devant un clavier, un écran, un téléphone, une caisse de marché d'alimentation ou encore sur une ligne de montage d'usine de transformation de poisson.

Selon Randy Follet, les chiropraticiens peuvent soulager les personnes atteintes dans les deux scénarios. « Les recherches révèlent que nos traitements apportent un soulagement plus rapide et plus efficace que les médicaments dans le cas des blessures d'accidents de travail. Pour les problèmes liés à la répétition, nos traitements physiques ont aussi un impact à court terme, mais nous travaillons également pour donner de l'information à nos clients et pour trouver des moyens de modifier la situation qui a causé ces douleurs », dit-il.

Et pour ça, il faut faire la conversation sur les exercices à faire pendant la journée, sur les changements à la posture de travail, sur les meilleures positions pour dormir, etc. Randy Follet a donc souvent conversé en français avec ses clients, dont plusieurs venus de l'archipel voisin de Saint-Pierre et Miquelon.

Son apprentissage du français a débuté en immersion tardive à l'école Mount Pearl Senior High. Il s'est poursuivi à l'Université Memorial, en cours complémentaires à son baccalauréat en biologie avec une mineure en psychologie. « Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai toujours trouvé le français facile », confie-t-il. La connaissance de cette langue par son amoureuse de longue date, devenue son épouse et mère de leurs deux enfants, bilingues comme leurs parents, a également contribué à sa capacité d'offrir des services de santé en français.

« La chiropratique, c'est beaucoup plus qu'une intervention physique contre la douleur. Et la santé, c'est aussi plus que le bien-être du corps. C'est aussi notre esprit et notre attitude », rappelle Randy Follet. « Pour aider les gens, il faut donc une bonne compréhension de ce qui s'est passé pour eux, et plus on comprend, meilleur est le résultat. Quand les gens peuvent nous raconter leurs problèmes dans leur première langue, ça va mieux », conclut-il.

Abonnez-vous à notre bulletin électronique
Suivez-nous sur Facebook
Suivez Nos actualités